ДетскиеДомики.Ру - забота о детях с особыми нуждами

 

 

Rechercher Dans Le Blog

Tags

 

Умом Россию не понять,
Аршином общим не измерить:
У ней особенная стать -
В Россию можно только верить.

Nul mètre usuel ne la mesure,
Nulle raison ne la conçoit.
La Russie a une stature
Qui ne se livre qu'à la foi.

Fiodor Tiouttchev (1866)

 

 

Да, и такой, моя Россия,
Ты всех краев дороже мне.
А. Блок


Люби Россию, ибо она мать твоя, и ничто в мире не заменит тебе её.
Казачья заповедь

 


Праздники России


 
28 janvier 2009 3 28 /01 /janvier /2009 15:35
 
Le tsar Ivan IV Vassiliévitch (1530-1584) est surnommé "le Terrible". En russe, l'adjectif "grozny, грозный" signifie plutôt "menaçant, redoutable", mais l'épithète "terrible" s'applique finalement assez bien au personnage. Le tableau très expressif d'Ilia Répine s'inspire d'un fait réel: dans sa résidence d'Alexandrovskaïa Sloboda, non loin de Moscou,pris d'un accès de colère, le tsar vieillissant a tué son fils Ivan (qu'il avait eu avec sa première épouse Anastassia Romanovna).

Ilia Efimovitch Répine (1844-1930)
"Ivan le Terrible et son fils Ivan, le 16 novembre 1581"
1885

Galerie Trétiakov, Moscou

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

  Beaucoup de détails demeurent incertains. La version des événements la plus répandue nous dit que tout commence lorsqu'Ivan le Terrible rencontre sa belle-fille Eléna Chérémétiéva, l'épouse de son fils aîné. Il constate que malgré sa grossesse, elle ne porte qu'une robe légère. Jugeant cette tenue indécente, il lève la main sur elle et la bat avec tant de force qu'elle fait une fausse couche. De retour au palais, le tsarévitch Ivan se précipite chez son père pour crier son indignation. Envahi d'une rage démente, le tsar brandit son long bâton ferré et en frappe son fils au hasard. Le tsarévitch s'écroule, la tempe trouée. Le tsar demeure un instant hébété, puis il se jette sur le corps, et tente en vain d'arrêter le sang. En plein désespoir, il crie: "Malheureux, j'ai tué mon fils! J'ai tué mon fils!".

Viatcheslav Grigoriévitch Schwarz (1838-1869)
"Ivan le Terrible près du corps de son fils qu'il a tué"
1864
Galerie Trétiakov, Moscou
Cliquer sur l'image pour l'agrandir


L'héritier du trône meurt quelques jours plus tard des suites de ses blessures, à l'âge de 27 ans. Ivan le Terrible ne s'en remettra pas. L'ancienne dynastie des Riourik qui a régné sur la Russie pendant plusieurs siècles vit ses derniers instants. En 1613, une nouvelle famille va prendre le pouvoir: les Romanov.

 
La biographie de ce personnage tourmenté et féroce
(différentes éditions existent):

 

Pères et fils 2:  ici

 


 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Muad' Dib 31/01/2009 08:39

Coucou Lizotchka, c'est vrai que ce surnom lui colle à la peau.Les peintures sont superbes.Gros bisous,

Delphine 30/01/2009 19:00

JE t'ai tagguée à bientot

Mimisan 30/01/2009 17:55

Une bien triste histoire;   personnage qui a donné un très beau film. un grand classique du cinéma.

kéline 30/01/2009 17:40

Quel drame familial et quel personnage que ce terrible tsar dont je ne connaissais que le nom mais sans savoir à quoi correspondait l'adjectif  ! tu me donnes très envie d'en savoir davantage. Il se trouve que j'aime les livres d'Henry Troyat alors voila une nouvelle lecture qui m'attend.ces deux tableaux qui racontent le drame sont particulièrement émouvants

babsy 30/01/2009 13:12

Un petit peu d'histoire ,ça fait du bien,je ne connaissais pas tous ces détails.bises,babsy

Delphine 29/01/2009 22:08

il fait peur sur le livre d'Henri Troyat ! Bonne soirée

Kazatchka 29/01/2009 14:29

Euh juste un petit rappel :Pour ses contemporains moscovites et leurs descendants, Yvan IV était "Grozny" surnom qu'avait reçu également (on l'oublie un peu vite) son grand père paternel Yvan III, mais que l'on a traduit alors plus banalement par le "grand".En fait l'erreur de traduction semble due aux allemands qui les premiers l'ont appelé soit "der Schreckliche" : terrible, épouvantable, horrible , effroyable (aspect moral), soit "der Grausame" : celui qui occasionne des tortures (connotation physique).Yvan dit de lui-même : "Eto tchine gossoudarskiï, da i griza" : “Ainsi le veulent mon rang et le respect [que je dois inspirer]”En résumé Yvan IV Grozny est dit “respectable et respecté”. Qu’importe ce que l’analyse histologique politiquement correcte fait de son règne. Il fut à l’origine de la création des premiers ateliers d’imprimerie en Russie… Euh bon, compte tenu de son caractère on peut dire qu’il a “imposé” l’imprimerie et ce malgré les rebellions des ultra religieux pour qui le livre laïque était “l’oeuvre du diable”.D’autre part en tant que peintre ET russe, je ne perds pas de vue que c’est bien sous son règne que l’on commença à évoluer des icônes classiques aux premier portraits que l’on appelle “parsunas”. Dans ce sens il est à l’origine de la peinture russe.Que tous ceux qui admirent la Place Rouge et le symbole de la Russie : St-Basile-le-bienheureux, initialement à l' "Intercession de la Vierge" , Sachent que c'est Yvan IV qui la fit bâtir. Elle eut certes comme commentaire peut amène de "Sucres d'Orge", "Pièce montée" et de notre écrivain français Théophile Gauthier : “C’est un immense dragon accroupi"Et pour tous ceux que l’Histoire de la Russie intéresse, je conseille un livre régulièrement mis à jour : “Histoire de la Russie” de Nicholas Riasanovsky (Xxe) et un peu plus anciens les ouvrages de Waliszewski (XIXe) qui écrivit en 1904 un remarquable “Ivan le Terrible” en français, en ayant eu accès aux archives du Kremlin.N’oublions pas que son règne est contemporain des guerres de François Ier - Henry VIII – Charles Quint, le début des affrontements de religions avec pas mal d’horreurs comme l’exécution de membres de l’église réformée.Bonne journée à tousKazatchka

bunny le chti 29/01/2009 09:10

salutil était colérique ce gars plutot que terrible merci pour l'histoirebonne soirée

qing et rene 29/01/2009 02:40

Bonjour depuis canton (Guangzhou) Sud de la chine.
je decouvre l'histoire merci
non j'arrete le jeu photo, trop dur pour beaucoup qui non pas voyager beaucoup comme moi.
je pense une autre formule de jeu plus facile, battre le mandarin futer...moi...par une question...si je suis coller on gagne.
ton avis ???
Bonne journée du jeudi amitiés de canton
Qing et rené
A bientôt sur: http://belgique-chine.over-blog.com
La Chine hors des sentiers battus, par le tourisme.

Michaël GRABARCZYK 29/01/2009 01:10

Ah ! Lizotchka, la vie me serait terrible si votre blog n'existait pas ! Il y a chez vous quelque chose de simple et d'efficace... une certaine pédagogie qui fait que non seulement on se sent bien au milieu de vos pages, mais on apprend toujours plus et toujours mieux en vous lisant. Pour ma part, j'ajouterai qu'un retour vers le pssé, vers mon passé, s'opère quand je vous rend visite. Peut-être est-ce en raison de mes origines ? Ici, c'est plutôt Troyat qui me ramène à l'adolescence. Je le lisais à 16 ans. Il m'a influençé - tout comme Maupassant - lorsque je me suis mis à écrire... ne serait-ce que ce texte, Soir d'été, publié sur mon blog.Aussi, très chère Lizotchka, ne changez rien : demeurez aussi concise et poursuivez dans cette voie de l'échange.Une très belle et terrible page !MG

loic 28/01/2009 20:15

Terrible histoire ! On touche ici, cette Russie violente que je trouve parfois démeusurée dans ses sentiments, dans ses réactions comme dans ses étendues, dans ses paysages... Amitiés. Loic

revelise 28/01/2009 19:30

Bonjour élise, un livre qui doit être très intéressant à lire, j'ai bien aimé ton article, je connaissais le nom mais pas le personnage. Bisous et bonne soirée ici pluie depuis ce matin, vivement le mois de mars.

denis 28/01/2009 17:21

Henri troyat, russe d'origine a écrit de très belles biographies, agréables à lire.Je vais bientôt lire une bio du dernier tsar Nicolas II. Et je viens de terminer le gros livre de 900 pages de Soljenitsyne "août 14", passionnant sur cette époque, comme quoi je suis très intéressé par la Russieamitiésdenis