ДетскиеДомики.Ру - забота о детях с особыми нуждами

 

 

Rechercher Dans Le Blog

Tags

 

Умом Россию не понять,
Аршином общим не измерить:
У ней особенная стать -
В Россию можно только верить.

Nul mètre usuel ne la mesure,
Nulle raison ne la conçoit.
La Russie a une stature
Qui ne se livre qu'à la foi.

Fiodor Tiouttchev (1866)

 

 

Да, и такой, моя Россия,
Ты всех краев дороже мне.
А. Блок


Люби Россию, ибо она мать твоя, и ничто в мире не заменит тебе её.
Казачья заповедь

 


Праздники России


 
28 août 2009 5 28 /08 /août /2009 21:38

 

 

 

 
"The Vladimir Tiara" comme l'appellent les Anglais: un diadème avec perles et diamants fabriqué en Russie vers 1890.

Le diadème de la grande-duchesse de Russie Marie Pavlovna, la tante du dernier tsar Nicolas II, fait aujourd'hui partie des bijoux personnels de la reine Elizabeth II de Grande-Bretagne. Sur cette photo, il est dans sa version d'origine, avec des perles.

La grande-duchesse Marie Pavlovna dite "l'aînée" (1854-1920), née Marie de Mecklembourg-Schwerin, était l'épouse du grand-duc Vladimir, le fils d'Alexandre II et frère d'Alexandre III.

Marie Pavlovna a eu beaucoup de chance au moment du coup d'Etat bolchévique (si l'exil peut être appelé une chance): elle et ses enfants ont survécu et elle a pu récupérer ses bijoux restés dans son palais de St-Pétersbourg grâce à un ami diplomate britannique. Elle est morte à Contrexéville dans les Vosges en 1920 et elle est enterrée là-bas (une rue porte son nom: "rue de la grande-duchesse Wladimir").

Marie Pavlovna a récupéré ses joyaux et elle les a légués à ses enfants. Sa fille Hélène, princesse Nicolas de Grèce, a hérité du diadème et l'a vendu à la reine Mary de Grande-Bretagne en 1921.
 
La reine Mary (1867-1953), née princesse de Teck, l'épouse du roi George V.
Friande de bijoux, elle a bien profité du malheur des Romanov et d'autres souverains pour remplir ses écrins à moindres frais...
Je vous ai aussi parlé (ici) des joyaux de l'impératrice douairière Marie Fiodorovna qui se sont retrouvés on ne sait trop comment chez Mary... Mais c'est une autre histoire !


Le diadème a été adapté à la demande de Mary pour recevoir 15 cabochons, une partie des émeraudes Cambridge. Vous pouvez voir tous les détails en agrandissant la photo sur le beau site dédié aux collections des Windsor: ici.




Elizabeth (née en 1926) a hérité du diadème à la mort de sa grand-mère Mary, en 1953. C'est l'un de ses préférés et elle le porte souvent, dans ses différentes versions: avec les perles, avec les émeraudes, et même sans rien dans les cercles.
  

    1957      












 
Photos du site sur les collections royales

1968   








 
   1968
















Elizabeth a choisi ce diadème pour une photographie canadienne officielle.

















A noter aussi, mais rien à voir avec les joyaux, qu'Elizabeth est mariée à un descendant des Romanov et parent proche du dernier couple impérial russe. Le duc Philip d'Edimbourg, né prince de Grèce et de Danemark, a un arbre généalogique très intéressant (plus intéressant que celui de son épouse !). Par son père, il est notamment le petit-fils de la grande-duchesse Olga Konstantinovna de Russie (1851-1926), épouse du roi Georges Ier de Grèce. Et par sa mère, il est le petit-neveu de la dernière impératrice de Russie, Alexandra Fiodorovna. L'ADN du prince Philip a d'ailleurs aidé à identifier les ossements de la famille impériale assassinée à Ekatérinbourg en 1918.
 
Un autre diadème d'Elizabeth II: ici




 

Repost 0