ДетскиеДомики.Ру - забота о детях с особыми нуждами

 

 

Rechercher Dans Le Blog

Tags

 

Умом Россию не понять,
Аршином общим не измерить:
У ней особенная стать -
В Россию можно только верить.

Nul mètre usuel ne la mesure,
Nulle raison ne la conçoit.
La Russie a une stature
Qui ne se livre qu'à la foi.

Fiodor Tiouttchev (1866)

 

 

Да, и такой, моя Россия,
Ты всех краев дороже мне.
А. Блок


Люби Россию, ибо она мать твоя, и ничто в мире не заменит тебе её.
Казачья заповедь

 


Праздники России


 
7 septembre 2009 1 07 /09 /septembre /2009 21:08

Golova, "la tête" en russe (prononcer "galava"). Un monument étrange dont on ne sait pas grand-chose, même pas la date exacte de création: 1800? Milieu du XIXe siècle?
La seule chose sûre, c'est que la tête se trouve dans le parc de la résidence Serguiyevka, à côté d'une source, dans le Vieux Peterhof. Le parc à l'anglaise est très beau, sur un promontoire naturel près du golfe de Finlande. Un merveilleux lieu de promenade comme il y en a tant dans les environs de Saint-Pétersbourg !


La résidence a été construite en 1839-1843 à l'occasion du mariage de la grande-duchesse Marie, la fille chérie du tsar Nicolas Ier, avec le duc Maximilien de Leuchtenberg (le petit-fils de Joséphine de Beauharnais). Elle doit son nom, Serguiyevka (Сергиевка), à un ancien propriétaire de ces terres, Sergueï Roumiantsev.

La Tête se trouve non loin du palais construit par l'architecte Stackenschneider (le même qui a construit pour Marie et Maximilien leur palais de Pétersbourg, le palais Marie). Le palais abrite aujourd'hui l'institut de recherche en biologie de l'Université de Saint-Pétersbourg.

On suppose qu'il devait y avoir un casque, ce qui expliquerait l'orifice sur le nez.

Les hypothèses concernant cette tête sont nombreuses. Certains parlent d'une commande de l'empereur Paul Ier qui aurait acheté ces terres vers 1800. D'autres voient carrément une ressemblance avec Pierre Ier, le tsar fondateur de St-Pétersbourg ! La légende la plus répandue est liée au poème d'Alexandre Pouchkine, "Rouslan et Ludmila" (1820) où il y a un épisode fantastique où Rouslan se bat avec une Tête géante. Pouchkine aurait vu ce monument lors d'une balade et cela l'aurait inspiré. Selon une autre version que je préfère, la tête, postérieure au poème, en est une illustration.

Ivan Bilibine, illustration pour le poème de Pouchkine "Rouslan et Ludmila",
Musée Russe, Saint-Pétersbourg


Va-t'en, Rouslan, je ne plaisante pas ! A Simféropol (en Crimée, Ukraine), dans un parc pour enfants, "La clairière des contes", la Tête souffle sur Rouslan pour le repousser.

Repost 0