ДетскиеДомики.Ру - забота о детях с особыми нуждами

 

 

Rechercher Dans Le Blog

Tags

 

Умом Россию не понять,
Аршином общим не измерить:
У ней особенная стать -
В Россию можно только верить.

Nul mètre usuel ne la mesure,
Nulle raison ne la conçoit.
La Russie a une stature
Qui ne se livre qu'à la foi.

Fiodor Tiouttchev (1866)

 

 

Да, и такой, моя Россия,
Ты всех краев дороже мне.
А. Блок


Люби Россию, ибо она мать твоя, и ничто в мире не заменит тебе её.
Казачья заповедь

 


Праздники России


 
2 octobre 2009 5 02 /10 /octobre /2009 14:45

La cour de Russie était réputée pour sa magnificence. Le bal donné à Saint-Pétersbourg en février 1903 a particulièrement marqué les esprits. On en oublierait presque les célébrations du centenaire de la victoire sur Napoléon (1912) ou le tricentenaire de la dynastie Romanov (1913) ! L'album avec les photos du bal, commandé par l'impératrice Alexandra Fédorovna aux meilleurs photographes de Pétersbourg, y est surement pour beaucoup. Cet événement grandiose marque la fin d'une époque. N'est-ce pas aussi pour cela qu'il reste dans les mémoires? C'est le dernier grand bal costumé. Une Russie hostile commence à regarder à travers les fenêtres du palais, le couple impérial va bientôt vivre un drame avec la maladie de leur héritier (né en 1904) et la cour se replonge dans le passé glorieux du pays et de la dynastie...


Tous les participants portaient des costumes inspirés de l'époque du deuxième tsar de la dynastie Romanov, Alexis Mikhaïlovitch (XVIIe siècle). Des costumes d'avant la réforme vestimentaire imposée par Pierre le Grand qui décidément a "européanisé" son pays de tous les points de vue. D'ailleurs, lorsqu'on voit ces costumes, on comprend mieux son envie de changement ! Pour le bal, les ateliers spécialisés ont produit brocarts et velours vénitiens, tissus d'or et d'argent. Les joyaux, pierres, perles, dentelles, broderies anciennes ont été largement utilisés... ainsi que des imitations (cela restait un bal-mascarade et des théâtres se sont aussi occupés des costumes !).

 

Qui aurions-nous croisé si nous avions été présents? Des Romanov, bien sûr:

 

 

L'empereur Nicolas II (1868 - assassiné 1918) dans le costume du tsar Alexis Mikhaïlovitch.

 

Ce costume est conservé au palais des Armures du Kremlin de Moscou.


L'impératrice Alexandra Fédorovna, née princesse de Hesse-Darmstadt (1872 - assassinée 1918). Elle porte un costume inspiré de celui de la tsarine Marie Ilinitchna Miloslavskaïa.


Costume conservé au musée de l'Ermitage de St-Pétersbourg, ainsi que la couronne et les chaussures. L'énorme émeraude que l'impératrice portait sur la poitrine est aujourd'hui conservée à Moscou, dans le fonds des diamants du Kremlin.


Le bal s'est déroulé en deux étapes: le 11 février a été organisée une "Soirée" avec concert, spectacle, dîner et bal. L'apogée de la fête, le bal costumé proprement dit, a eu lieu le 13. On écrit souvent que le bal avait lieu dans le palais d'Hiver, mais il faut y ajouter les autres palais adjacents: les "Ermitages" et le théâtre de l'Ermitage.











Le grand-duc Michel Alexandrovitch (1878 - assassiné 1918), le frère de Nicolas II. Il est alors héritier du trône (il le restera jusqu'à la naissance du fils de Nicolas II l'année suivante). C'est surement pour cette raison qu'il porte un costume de tsarévitch du XVIIe siècle.










Le musée de l'Ermitage possède une dizaine de ces costumes et quelques accessoires. Ils proviennent bien sûr des palais nationalisés après le coup d'Etat de 1917.

La grande-duchesse Xénia Alexandrovna (1875-1960), la soeur de Nicolas II, en épouse de boyard (nom des anciens nobles).

Avec son mari, le grand-duc Alexandre Mikhaïlovitch (1866-1933), en costume de fauconnier.
Alexandre Mikhaïlovitch et Xénia Alexandrovna sont enterrés sur la Côte d'Azur, à Roquebrune-Cap-Martin, entre Nice et Monaco.







 





La grande-duchesse Marie Pavlovna, née princesse de Mecklembourg-Schwerin (1854-1920), la tante de Nicolas II. En épouse de boyard de la fin du XVIIe.

Marie Pavlovna est enterrée à Contrexéville.


















Le fils de la précédente: le grand-duc Andreï Vladimirovitch (1879-1956), le cousin de Nicolas II, en habit de fauconnier.

Andreï Vladimirovitch a épousé la ballerine Mathilde Kchessinskaïa dont je vous ai déjà parlé.  Il est enterré au cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois.





















 

Le grand-duc Serge Alexandrovitch (1857 - assassiné 1905), l'oncle de Nicolas II, en habit princier du XVIIe.

















L'épouse du précédent (et soeur de l'impératrice): la grande-duchesse Elisabeth Fédorovna, née princesse de Hesse-Darmstadt (1864 - assassinée 1918). En habit princier.












La grande-duchesse Marie Guéorguievna, née princesse de Grèce (1876-1940), en paysanne de la ville de Torjok du temps d'Alexis Mikhaïlovitch: le traditionnel sarafan (une sorte de robe longue sans manches), chemise et kokochnik (coiffe).

Alexandra est la fille du roi Georges Ier de Grèce et d'Olga de Russie dont je vous ai parlé il n'y a pas si longtemps.
 
Costume conservé à l'Ermitage.

Des représentants des plus grandes familles de l'aristocratie et de la noblesse étaient présents:


 
Zénaïde Nikolaïevna Youssoupova
(1861-1939) en femme de boyard. Excellente danseuse, la ravissante princesse a fait sensation à ce bal. Sa seule "concurrente" en danse était peut-être son amie, la grande-duchesse Elisabeth Fédorovna (voir plus haut).

Zénaïde Youssoupova est enterrée au cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois.

Musée de l'Ermitage



 




Avec son mari, le comte Félix Félixovitch Soumarokov-Elston, prince Youssoupov (1856-1928) en costume de boyard.

Costumes conservés à l'Ermitage.










Le kokochnik, coiffe traditionnelle de fête, est à l'honneur. La variété des formes semble infinie.




 










Maria Nikolaïevna Lopoukhina en épouse de boyard.




















La princesse Nadejda Dmitrievna Bélosselskaïa-Bélozerskaïa, née Skobéléva (1847-1920), en épouse de boyard.

C'est la soeur du général Mikhaïl Skobélev, héros de la guerre contre la Turquie de 1877-1878.



 















 

Même des personnes qui n'affectionnaient pas tellement les festivités de la vie mondaine pétersbourgeoise étaient présentes. Par exemple, la princesse Eléna Konstantinovna Kotchoubeï, née princesse Bélosselskaïa-Bélozerskaïa (1869-1944), qui porte l'habit d'une noble polonaise de la Petite Russie.







L'album avec les photos des participants a été publié en 1904. Il était principalement acheté par les participants eux-mêmes et l'argent était reversé à des oeuvres de bienfaisance. Il a été réédité pour le centenaire du bal, en 2003. Cette réédition fait partie du "fonds des cadeaux présidentiels" destiné à des personnalités russes et étrangères lors de diverses occasions et rencontres à haut niveau.













  La princesse Elisabeth Nikolaïevna Obolenskaïa en fille de boyard du XVIIe.

























La princesse Maria Pavlovna Tchavtchavadze, née Rodzianko (1876 ou 1877-1958) en épouse de boyard.


















 





La princesse Olimpiada Alexandrovna Bariatinskaïa porte un habit paysan.

 



















Le prince Konstantin Alexandrovitch Gortchakov (1841-1926) en boyard.
























La comtesse Varvara Vassilievna Moussina-Pouchkina en épouse de boyard.















Plus de photos  ici

Les kokochniks à la cour de Russie  ici


Repost 0