ДетскиеДомики.Ру - забота о детях с особыми нуждами

 

 

Rechercher Dans Le Blog

Tags

 

Умом Россию не понять,
Аршином общим не измерить:
У ней особенная стать -
В Россию можно только верить.

Nul mètre usuel ne la mesure,
Nulle raison ne la conçoit.
La Russie a une stature
Qui ne se livre qu'à la foi.

Fiodor Tiouttchev (1866)

 

 

Да, и такой, моя Россия,
Ты всех краев дороже мне.
А. Блок


Люби Россию, ибо она мать твоя, и ничто в мире не заменит тебе её.
Казачья заповедь

 


Праздники России


 
20 octobre 2009 2 20 /10 /octobre /2009 16:37



On dit que l'habitude tue l'amour, mais je ne me suis jamais lassée des beautés de Pétersbourg. L'émerveillement était toujours au rendez-vous. Rien que pour ça, je ne regrette pas mes années passées en Russie. Nostalgique, je suis en train de feuilleter un livre sur Pétersbourg et ses records, un livre acheté en 1995, lors de mon premier voyage à Pétersbourg. La ville elle-même est un record: avec presque 5 millions d'habitants, c'est la plus grande ville au monde à cette latitude, à 6 degrés du cercle polaire. Voici quelques endroits de Piter trouvés dans le livre et qui sont, pour une raison ou pour une autre, remarquables:



Les armoiries de la ville sont représentées 546 fois sur le pont de la Fonderie (Liteïny) qui enjambe la Néva. Des "roussalki" tiennent les armoiries de la ville surmontées de la couronne impériale: deux ancres croisées et le sceptre avec l'aigle bicéphale. Le thème marin est très présent à Piter. C'est aussi près de cet endroit que la Néva est le plus profonde, environ 24 mètres.


L'église de la Résurrection-du-Christ, plus connue sous le nom de Saint-Sauveur-sur-le-Sang-Versé car construite à l'endroit où l'empereur Alexandre II fut victime d'un attentat qui lui coûta la vie en 1881: plus de 7000 m² de mosaïques recouvrent les murs, les piliers, les voûtes et les façades. Les mosaïques proviennent de l'atelier des frères Alexandre et Vladimir Frolov, d'après des originaux de Viktor Vasnetsov, Mikhaïl Nestérov, Andreï Riabouchkine et d'autres peintres célèbres. Des mosaïques partout ! On remarque "La Sainte Vierge" dans le plafond de la coupole nord-ouest, d'après un original de Nikolaï Kharlamov. Plus de précisions sur cette église: ici.


Le roi des vases au musée de l'Ermitage: le vase de Kolyvan (2,60 m de haut,
19 tonnes !)

"La reine des vases" en russe car "vase" est du féminin. Le vase (1831-1843) de la manufacture sibérienne de Kolyvan est assurément le plus grand vase du musée et du pays. Et il n'est pas fait selon la technique de la mosaïque russe comme beaucoup d'autres à l'Ermitage ! Il est entièrement en jaspe de l'Altaï et pèse presque 19 tonnes. 2,60 mètres de haut ! La coupe ovale (5m x 3,25m) est fabriquée à partir d'un seul bloc trouvé en 1819 dans le gisement de la montagne Revnioukha. On transformerait volontiers cette coupe en grande baignoire ! Certains visiteurs du musée se demandent comment un tel mastodonte a pu être installé dans cette pièce. Il a été installé là, au rez-de-chaussée du Nouvel Ermitage, lorsque le bâtiment était en construction, avant que les murs soient tous construits. Et les fondations ont été renforcées !
 
Ce vase est présent sur les armoiries de la région Altaï à laquelle appartient Kolyvan. Ils n'en sont pas peu fiers ! La manufacture existe toujours.


Le Champ de Mars est un cimetière, on a tendance à l'oublier. En mars 1917, on y a inhumé presque 200 victimes de la révolution de Février. Quelque mois plus tard, c'était au tour de victimes de la révolution d'Octobre. Au centre du Champ de Mars se trouve la première flamme éternelle de Russie et d'URSS, allumée le 6 novembre 1957 pour les 40 ans du coup d'Etat bolchévique. C'est de cette flamme qu'ont été allumées celles du cimetière mémorial de Piskarevskoïé (1960), de la tombe du soldat inconnu à Moscou (1967) et d'autres flammes éternelles d'URSS.


Un intérieur curieux totalement reconstitué. L'original a disparu au moment du blocus de Léningrad
et de l'occupation de Tsarskoïé Sélo: c'est le salon d'ambre dans le palais Catherine. De l'ambre sur les murs, quelle idée saugrenue ! Si ce n'est pas forcément très beau, c'est complètement étrange. C'est un cadeau du roi Frédéric-Guillaume Ier de Prusse au tsar Pierre Ier en 1716. Les panneaux d'ambre ont été installés dans le palais Catherine sous le règne de la fille de Pierre, Elisabeth. Des artisans russes ont alors ajouté les moulures (ah ! Elisabeth et son style rococo !) et les miroirs.

Les spécialistes de la  "Kunstkommission" qui accompagnaient les troupes nazies lors de l'occupation de Tsarskoïé Sélo ont trouvé les panneaux, et les ont envoyés à Königsberg (aujourd'hui la ville russe de Kaliningrad). En 1944, lors de la retraite allemande, les traces des panneaux se perdent. Ont-ils disparu dans un incendie? Ont-ils été cachés à Königsberg ou évacués? Se trouvent-ils en Allemagne, en Autriche, en Amérique du Sud? L'ambre est fragile, les panneaux peuvent ne plus exister. Plus les années passent, plus cette dernière version semble plausible.

Les conservateurs et les personnes chargées de l'évacuation des oeuvres d'art avant l'arrivée des nazis étaient des gens courageux. Ils ont fait tout ce qui était possible, jusqu'à la dernière minute. Ils n'ont pas évacué les panneaux d'ambre car ils les ont jugés trop fragiles. Ils ont préféré les cacher sous des planches en bois. Certes, ils ont commis une erreur. Les nazis ont trouvé les panneaux et ont mis seulement 36 heures pour les démonter. Avec le recul, il est toujours facile de juger et de critiquer.

Parmi les rares éléments originaux retrouvés se trouve une des quatre mosaïques florentines-allégories des cinq sens apparues peu de temps après l'installation des panneaux dans ce palais (dans la version "allemande" offerte à Pierre Ier, les cadres d'ambre étaient destinés à des miroirs). C'est la mosaïque "L'odorat et le toucher" (retrouvée à Brême en 1997, redonnée à la Russie en 2000). Elle était déjà refaite et la comparaison avec l'original a démontré la qualité du travail des spécialistes russes. Pendant un temps, la mosaïque originale était exposée dans la pièce, à côté de la copie. Je pense que la mosaïque exposée actuellement est la copie.

Une vingtaine d'années pour reconstituer le salon et 6 tonnes d'ambre (de la région de Kaliningrad) ont été nécessaires. L'entreprise allemande Ruhrgaz AG a contribué financièrement. Le salon d'ambre entièrement reconstitué a ouvert pour le tricentenaire de St-Pétersbourg, en 2003. Certains touristes me faisaient remarquer qu'il n'y avait pas de panneaux du côté des fenêtres, mais c'est normal. Je vous reparlerai de ce cabinet d'ambre, car le sujet est passionnant !


Partager cet article

Repost 0

commentaires

virjaja 27/01/2010 18:19


une ville qui fait rever! merci pour ce voyage!!! bisous


xavier de couesbouc 21/12/2009 19:27


merci  Lisotchka pour ce blog, superbe, attrayant , bien documenté ou l'on apprend...Depuis quelques mois je m'interesse a la RUSSIE sans meme connaitre la langue mais j'ai toujours aimé la
musique et l'art russes - merci pour ce blog sur la bretagne des 7 ou 8 ans, j'entendais les bateliers de la volga a la maison amitiés   xavier


Alice 18/12/2009 14:50


On ne peut pas se passer de telles beautés !


dominique laurent 11/12/2009 12:43


J'ai pensé à toi hier : je suis allée à une conférence à l'université populaire. Un ancien prof du lycée a épousé une petersbourgeoise qui a eu l'idée que j'ai trouvée géniale de présenter un
montage de photos en noir et blanc. L'effet était assez hallucinant (et l'aurait été plus si l'on avait éteint la lumière dans la salle). Après l'exposition sur Noureev au Centre national du
costume de scène, est inaugurée ce soir une exposition sur les ballets russes (de Diaghilev, me semble-t'il) que j'irai découvrir demain.


kéline 01/11/2009 08:58


Je comprends si bien à voir tes photos que tu ne t'en sois jamais lassée. Quelle beauté ! Architecture et culture profondément liées rendent la ville particulièrement attirante.
Merci pour ce beau voyage virtuel
bisous


Sylvie 29/10/2009 11:15


De très jolies photos pour une superbe ville, je pense.
Bises à toi.


Jean 28/10/2009 13:13


Je regrête de ne pas avoir eu le temps lors de mon récent passage à Petersbourg de visiter l'église de la Résurection du Christ. Quelle splendeur !

Merci Elise



Gilles 22/10/2009 08:46


Vos posts donnent toujours autant envie d'aller la-bas. Ah, si ce n'etait pas si complique (visa) et si cher .....


Alouette 21/10/2009 22:35


que dire de plus ? tout ceci est somptueux et magnifique !
à force de visiter ton blog et celui de Plume de loin, je finirai par ne plus résister à l'envie d'aller voir la Russie de mes propres yeux


musearevelise 21/10/2009 21:19


c'est vraiment superbe ce que tu nous montres, comment ne pas tomber amoureux de cette belle ville, un jour j'irai ... bisous


Muad Dib 21/10/2009 21:08


Coucou Lizotchka, merci pour ces fantastiques photos.
Gros bisous et très belle soirée,


Aimela 21/10/2009 12:00


Quelles merverveilleurs photos  j'adore l'église et les articles sont toujours aussi passionnants, merci de nous amener en voyage même si ce n'est qu'un rève. Bises


Loic 20/10/2009 19:08



Toujours ces images remarquables, comme celle de l’en-tête de ton blog ! Une vie pour une ville ! Amitiés. Loic



delphine 20/10/2009 18:49


super voilà le retour de mon post culturel ! j'en ai pris plein les yeux merci ! bises


denis 20/10/2009 18:22


de superbes photos pour une superbe ville
merci pour tous ces reportages
Denis