ДетскиеДомики.Ру - забота о детях с особыми нуждами

 

 

Rechercher Dans Le Blog

Tags

 

Умом Россию не понять,
Аршином общим не измерить:
У ней особенная стать -
В Россию можно только верить.

Nul mètre usuel ne la mesure,
Nulle raison ne la conçoit.
La Russie a une stature
Qui ne se livre qu'à la foi.

Fiodor Tiouttchev (1866)

 

 

Да, и такой, моя Россия,
Ты всех краев дороже мне.
А. Блок


Люби Россию, ибо она мать твоя, и ничто в мире не заменит тебе её.
Казачья заповедь

 


Праздники России


 
19 septembre 2010 7 19 /09 /septembre /2010 18:45


Franz Xaver Winterhalter ne s'est surement jamais rendu en Russie, mais ce n'est pas grave: l'aristocratie russe voyageait alors beaucoup. On ne se lasse pas d'admirer ses portraits si romantiques: par exemple celui de la princesse Tatiana Alexandrovna Youssoupov, née comtesse de Ribeaupierre (Paris, 1858). Ce portrait m'a intriguée à cause des diverses versions existantes. On les doit toutes les deux à Winterhalter. tatiana-youssoupov-1.jpgUn des meilleurs portraits "russes" de Winterhalter se trouve au musée d'Orsay (c'est celui de Varvara Rimski-Korsakov). Le portrait de Tatiana Youssoupov fait quant à lui partie des collections de l'Ermitage depuis 1925 (exposé au deuxième étage du palais d'Hiver, peinture française) et provient probablement du palais des Youssoupov sur le quai de la Moïka, à Saint-Pétersbourg (sur une ancienne gravure, on le voit dans le salon de musique). D'autres oeuvres de Winterhalter à l'Ermitage: par ici.


tatiana-youssoupov-2.jpgL'illustre famille Ribeaupierre (Rappolstein) est originaire d'Alsace. Le grand-père de Tatiana Alexandrovna s'est établi en Russie. Tatiana est la fille cadette du diplomate Alexandre de Ribeaupierre et de Catherine Potemkine (de la famille du célèbre favori de Catherine II). Elle est née à Lucques en Italie en 1828. Elle a épousé le prince Nicolas Borissovitch Youssoupov, son cousin germain. Ils ont eu trois enfants: Boris, mort en bas âge, Zénaïde (1861-1939), et Tatiana, morte du typhus à 22 ans. La santé fragile de Tatiana Alexandrovna l'a entraînée à faire de fréquents et longs séjours dans les villes d'eaux et en Suisse, où elle possédait la "Villa Tatiana" à Crans-près-Céligny, au bord du lac Léman. C'est là qu'elle est morte, en 1879. (Source: Jacques  Ferrand, Les princes Youssoupoff & les comtes Soumarokoff-Elston, Paris, 1991)


Un autre portrait de la princesse par Winterhalter, qui doit dater de la même époque, voire des mêmes séances de pose. Il est considéré comme postérieur à l'autre. La différence la plus flagrante est que la princesse porte un magnifique diadème "Lovers knot" de perles et de diamants. La princesse porte aussi le ruban de l'ordre bavarois de Thérèse et le chiffre de dame d'honneur sur l'épaule gauche.
tatiana-youssoupov-3.jpg

tatiana-youssoupov-4.jpg



Le diadème a fait partie des cadeaux reçus par la princesse Irina Alexandrovna de Russie à l'occasion de son mariage avec Félix Youssoupov (le petit-fils de Tatiana Alexandrovna), en 1914. Caché dans un palais de la famille (celui de Moscou surement) au moment de la révolution, découvert par les bolchéviks en 1925, on ne sait pas ce qu'est devenu ce diadème (des précisions ici).





grand-sevigne.jpgIl y a de nombreuses versions de ces diadèmes "Lovers knot", "noeud d'amour". Un des plus célèbres est le diadème de la famille royale britannique que portait souvent la princesse Diana (elle l'avait reçu en cadeau pour son mariage).



tatiana-youssoupov-3-copie-1.jpgSur cette deuxième version, le peintre a aussi ajouté en arrière-plan une vue du palais d'Arkhangelskoïé, le merveilleux domaine des Youssoupov dans la région de Moscou. On peut d'ailleurs voir le tableau sur cette photo du cabinet du prince à Arkhangelskoïé. Le portrait a peut-être été placé aussi dans le palais Youssoupov de Moscou, Bolchoï Kharitonievski péréoulok.
arkhangelskoie-moscou.jpgSource photo: Jacques Ferrand, "Les Princes Youssoupoff & les comtes Soumarokoff-Elston"


youssoupoff-memoires-2005.JPGFélix Youssoupov évoque sa grand-mère dans ses Mémoires (Editions du Rocher, 2005, p. 33):

      "Je n'ai pas connu ma grand-mère maternelle. Elle était, m'a-t-on dit, bonne, intelligente et spirituelle. Elle devait, aussi, être belle, si l'on juge par le ravissant portrait que Winterhalter a fait d'elle. Elle aimait à s'entourer de ces comparses que nous appelons en russe "prijivalky", personnes dont les attributions sont mal définies, mais qui se rencontrent dans bien des vieilles familles où elles font partie de la maisonnée. Une certaine Anna Artamonovna avait ainsi, pour unique fonction, la surveillance d'un très beau manchon de zibeline que ma grand-mère gardait en réserve dans un carton. Anna étant morte, ma grand-mère ouvrit le carton: le manchon avait disparu. A la place était un billet, de la main de la défunte:
      "Pardonne, Seigneur Jésus-Christ ! Fais grâce à ta servante Anna, pour ses péchés volontaires ou involontaires."
      Ma grand-mère veilla tout particulièrement à l'éducation de sa fille. A sept ans, ma mère était déjà rompue à l'usage du monde; elle savait accueillir les visiteurs et soutenir une conversation. Un jour que ma grand-mère attendait la visite d'un ambassadeur, elle le fit recevoir par sa fille encore tout enfant. Ma mère se mit en frais, offrit du thé, des biscuits, des cigarettes... Peines perdues ! Le visiteur, qui attendait la maîtresse de maison, ne prêtait pas la moindre attention aux avances de cette petite fille et ne disait pas un mot. Ma mère se trouvait à bout de ressources quand, prise d'une inspiration soudaine, elle demanda: "Peut-être voulez-vous faire pipi?" Du coup, l'ambassadeur se dégela. Ma grand-mère qui entrait au même moment, le trouva riant aux éclats."


 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Catherine Delors 07/03/2011 16:56



Vous avez un site magnifique, Lizotchka! Je viens de le decouvrir en faisant une recherche sur les bijoux ou effets de Marie-Antoinette en possession des Youssoupov avant la Revolution. 


Sur ces portraits, le collier de perles porte par la Princesse ressemble etonnamment a celui de Marie-Antoinette sur ce portrait:


http://blog.catherinedelors.com/the-queens-necklace-by-frances-mossiker/


Serait-ce le meme collier?



LIZOTCHKA 08/03/2011 21:24



Bonsoir Catherine,
En effet, les colliers se ressemblent étrangement ! Je vais regarder dans mes livres sur les Youssoupov et j'espère trouver une réponse. Je vous tiens au courant.



SERAR 22/09/2010 10:17



UNE BELLE DAME AUX BIJOUX SPLENDIDES.


JE CROIS QUE LA TSARINE ALEXANDRA POSSEDAIT UN TEL DIADEME.


BONNE JOURNEE!!!!



LIZOTCHKA 22/09/2010 12:30



Bonjour,


Alexandra Fédorovna avait un diadème ressemblant aux Lovers knot: ici ou là



Loic 21/09/2010 18:52



Quel pinceau !


Amicalement. Loic



LIZOTCHKA 21/09/2010 20:53



Quelles toilettes, quels bijoux !



Alouette 20/09/2010 18:28



bonjour Lizotchka,


j'adore la dernière anecdote, c'est typiquement le genre d'histoire que ma grand-tante adorait raconter, avec son délicieux accent russe et son joli rire malicieux


bonne soirée


 



LIZOTCHKA 20/09/2010 23:21



Les "Mémoires" de Félix Youssoupov regorgent d'anecdotes dans ce genre.



Gilles 20/09/2010 03:04



Une des photos de ce post me donne incidemment la reponse a une question que je me posais depuis longtemps: a quoi ressemblait le "chiffre" de dame d'honneur de l'Imperatrice.


J'avais rencontre ce terme dans mes recherches quand, en 1812, la jeune Sophie de Tiesenhausen, future comtesse de Choiseul-Gouffier, portait le chiffre de demoiselle d'honneur de l'Imperatrice
Elisabeth Alexeievna a une reception donnee en l'honneur de Napoleon 1er le 14 Juillet 1812 a Vilnius. C'etait doublement une provocation car, en plus, Sophie avait apparemment "tape dans l'oeil"
du Tsar qui etait a Vilnius quelques jours avant.


Merci.


 



LIZOTCHKA 20/09/2010 23:20



De rien, Gilles ! Je ne connaissais pas cette anecdote. A propos du "chiffre" et de cette pauvre Elisabeth Alexeïevna: normalement, c'est le monogramme de
l'impératrice régnante, mais la belle-mère d'Elisabeth, l'impératrice douairière Marie, a exigé de son fils Alexandre Ier que son "M" soit aussi présent sur le "chiffre". Le résultat. Le "E" et le "M" ensemble. La belle-mère a remis ça avec son autre fils Nicolas Ier et son épouse
Alexandra Fédorovna: un "A" et un "M". Jusqu'à sa mort en 1828. Celles qui avaient le rang de Statsdame portaient des portraits de l'impératrice (inutile de dire que pour Marie Fédorovna et ses belles-filles, c'était un
double portrait!).