ДетскиеДомики.Ру - забота о детях с особыми нуждами

 

 

Rechercher Dans Le Blog

Tags

 

Умом Россию не понять,
Аршином общим не измерить:
У ней особенная стать -
В Россию можно только верить.

Nul mètre usuel ne la mesure,
Nulle raison ne la conçoit.
La Russie a une stature
Qui ne se livre qu'à la foi.

Fiodor Tiouttchev (1866)

 

 

Да, и такой, моя Россия,
Ты всех краев дороже мне.
А. Блок


Люби Россию, ибо она мать твоя, и ничто в мире не заменит тебе её.
Казачья заповедь

 


Праздники России


 
23 juin 2010 3 23 /06 /juin /2010 17:09

 

Le nouveau Pétersbourg (1)

On parle souvent de la "monumentomanie" du régime soviétique, mais la nouvelle Russie n'est pas en reste. Saint-Pétersbourg en est la preuve.


Du neuf avec du vieux...
colonne-gloire-spb-2.jpgAvenue Izmaïlovski. Près de la cathédrale de la Trinité, la colonne de la Gloire initialement érigée en 1886 pour commémorer la victoire sur la Turquie dans la guerre de 1877-1878. A l'origine, elle était faite avec les canons pris à l'ennemi. Elle a été détruite au tout début des années 1930 et l'inauguration de la réplique a eu lieu en 2005. La Gloire ailée en bronze est une oeuvre de l'incontournable Zourab Tsérétéli.




cathedrale-trinite-st-petersbourg-10.jpeg

La cathédrale de la Trinité a retrouvé ses coupoles après l'impressionnant incendie d'il y a quelques années qui avait pris dans les échafaudages. Paradoxalement, l'incendie a été "bénéfique" pour la cathédrale dont personne ne se préoccupait et a accéléré le processus de restauration qui s'éternisait. C'est ce que j'ai pensé au moment de l'incendie (très médiatisé) et c'est ce qui est en train de se passer. Si la colonne a été érigée à cet endroit, ce n'est pas un hasard: la cathédrale était dédiée au régiment de la Garde Izmaïlovski, un régiment qui s'est illustré lors de la guerre russo-turque justement. Et, plus important pour moi qu'une victoire militaire, c'est dans cette église que Dostoïevski s'est marié en secondes noces en 1867.





alexandre-3-troubetskoi.jpgDans la cour du palais de Marbre: le monument à l'empereur Alexandre III par Paul (Paolo) Troubetskoï. C'est le monument d'origine, mais son parcours est mouvementé. Le monument a été inauguré en 1909 au centre de la place de la Vierge-du-Signe (aujourd'hui place de l'Insurrection). En 1937, le monument a été démonté sous prétexte de reconstruction de la place et confié au musée Russe. Autrement dit, une mise au placard. En 1994, la statue équestre d'Alexandre III a refait son apparition, dans un nouveau lieu: la cour du palais de Marbre, filiale du musée Russe. Le palais abritait autrefois le musée V.I. Lénine et dans cette même cour, on pouvait voir, depuis 1937, l'auto blindée de "l'ennemi du capital". Un chassé-croisé historique très significatif. Un piédestal ne reste pas vide longtemps ! Cet Alexandre III surnommé "l'hippopotame" ou "l'épouvantail" ressemble à une caricature, mais c'est une autre histoire...


Pierre Ier, le fondateur de Saint-Pétersbourg et le premier empereur russe

chemiakine-tsar-pierre-1Dans la forteresse Saint-Pierre-et-Saint-Paul. Le sculpteur Mikhaïl Chémiakine a offert ce monument à sa ville à la veille du referendum de 1991 où les habitants ont décidé d'abandonner le nom de Léningrad pour reprendre celui de Saint-Pétersbourg. Ce Pierre Ier étrange attire les visiteurs. On peut grimper sur ses genoux pour se faire photographier. Toucher les genoux et les doigts du tsar porterait même bonheur ! L'oeuvre est aussi très décriée. Son emplacement d'abord: à quelques mètres de la cathédrale où est enterré Pierre Ier. Et il faut dire que Chémiakine était très proche de l'ancien maire Anatoli Sobtchak (toutes ses oeuvres sont apparues à Piter lorsque ce dernier était maire), ce qui ne lui amène pas que des amis, encore aujourd'hui. Sa personnalité irrite également beaucoup de monde. Selon moi, cette sculpture a sa place à Piter, mais un autre endroit serait plus approprié. Il est probablement trop tard: difficile d'imaginer la forteresse sans ce "monstre" !

chemiakine-tsar-3-st-petersbourg.jpg





Chémiakine s'est inspiré du véritable masque de cire du tsar fait par Rastrelli (père). D'ailleurs, la pose du tsar rappelle le personnage en cire créé par Rastrelli et conservé au musée de l'Ermitage.







chemiakine-tsar-2







Mais le reste...








Gare de Moscou à St-Pétersbourg
: depuis 1993, Pierre Ier a remplacé Lénine pour accueillir les voyageurs. C'est la copie d'un buste de Rastrelli (le père), fait du vivant du tsar.
gare-de-moscou-spb
 
lenine-moscou.jpgMais à la gare de Léningrad à Moscou, Lénine est toujours là (et la gare a gardé son nom soviétique). Soit Moscou ignore superbement sa rivale Saint-Pétersbourg qui lui a ravi le statut de capitale pendant plus de 2 siècles, soit les communistes moscovites veillent. Tsérétéli pourrait proposer une de ses oeuvres pour remplacer ce Lénine !



Les Romanov de nouveau à l'honneur...

tsar-nicolas-2.jpg

A Pouchkine, anciennement Tsarskoïé Sélo (le "village des tsars" qui fête son tricentenaire cette année), près de St-Pétersbourg, il existe un ensemble de bâtiments très surprenants datant de l'époque du dernier tsar Nicolas II et reconstituant le style architectural russe ancien. L'endroit est encore peu visité: Fédorovski gorodok. Non loin de la belle cathédrale on trouve ce monument à Nicolas II, un des premiers, voire le premier à être érigé dans la nouvelle Russie, en 1993 (sculpteur V. Zaïko).






tsarevitch-alexis-petrodvorets.jpg

 



On reste dans les environs de la ville, à Pétrodvorets cette fois, dans le charmant parc Alexandria: le monument au tsarévitch Alexis Nikolaïévitch (1904-1918), datant de 1994. Le même sculpteur que pour Nicolas II, Viktor Zaïko. Juste à côté du "Cottage", le plus charmant palais de Peterhof selon moi. Alexis est né non loin de là, un peu plus bas dans le parc, près du golfe de Finlande (il ne reste que quelques ruines du palais).









Les architectes qui ont fait Saint-Pétersbourg et ses environs. Beaucoup d'étrangers plus connus en Russie que dans leur patrie d'origine... Beaucoup d'Italiens notamment, ce qui, origines obligent, me fait toujours plaisir !

rastrelli-tsarskoie-selo.jpg


Près de la résidence impériale de Tsarskoïé Sélo (son oeuvre), le monument au maître du baroque russe, Francesco Bartolomeo Rastrelli (1700- 1771). Italien né à Paris, il est arrivé en Russie avec son père sculpteur recruté par Pierre le Grand. Rastrelli (fils) est devenu l'architecte favori de l'impératrice Elisabeth, fille de Pierre le Grand. Il a marqué l'aspect architectural de Pétersbourg avec des bâtiments comme le palais d'Hiver ou la cathédrale Smolny.








quarenghi-st-petersbourg.jpg

Un cadeau de la ville de Milan pour le tricentenaire. Encore un cadeau ! En fait non, il y en a plusieurs. Milan a offert les bustes de quatre architectes italiens qui ont marqué Pétersbourg. Rinaldi, Rastrelli, Rossi et Giacomo Quarenghi (1744-1817). Un des architectes favoris de Catherine II, fervente adepte du classicisme (aussitôt arrivée au pouvoir, elle avait congédié Rastrelli). Les bustes ont été placés autour d'une fontaine, place du Manège (près de la rue d'Italie).









chemiakine-saint-petersbourg-4.jpgUn monument inauguré en 1995, dédié aux "premiers constructeurs" de Pétersbourg: Schlüter, Le Blond, Trezzini, Rastrelli (père et fils)... L'arc symbolise "la fenêtre sur l'Europe" ouverte par le tsar Pierre Ier grâce à sa nouvelle capitale. Un monument malchanceux ! L'endroit était pourtant bien choisi, dans ce petit parc du quartier de Vyborg: c'est là que se trouvait autrefois le cimetière où on été enterrés quelques-uns des grands noms de la première période de Pétersbourg: Trezzini, Le Blond, Caravaque... Non loin de la cathédrale Saint-Samson. Malheureusement, les bas-reliefs, la table et la chaise ont été dérobés (le bronze rapporte). Un projet de restauration est en cours (ils ont intérêt à prévoir une vidéosurveillance !). C'est un monument de Mikhaïl Chémiakine, encore lui, comme le monument aux victimes des répressions politiques avec ses sphinx et le monument à Pierre Ier cité plus haut.
chemiakine-102.jpg

Les écrivains qui ont créé le mythe de Pétersbourg
dostoievski-st-petersbourg-2.jpgMonument à Fédor Dostoïevski (1997), place Vladimirskaïa, à deux pas de la dernière demeure de l'écrivain aujourd'hui transformée en musée. Un écrivain si adulé par les étrangers et, à mon avis, trop peu par ses compatriotes. Que n'ai-je pas entendu lorsque je disais que mon écrivain préféré était Dostoïevski ! Bien sûr, je suis une étrangère et j'aime Dostoïevski, ce n'est pas original, je sais. Cela me rappelle la venue à Pétersbourg de Gérard Depardieu, à l'occasion du tricentenaire de la ville, en 2003. Je suis allée l'écouter à l'université. Une babouchka du public l'a "agressé" verbalement lorsqu'il parlait de son amour pour l'oeuvre de Dostoïevski. Mais Depardieu était dans un tel état que rien ne pouvait entamer sa bonne humeur !

dostoievski-st-petersbourg-4.jpg
La ville (rues, places, maisons, cours, escaliers) et les personnages de Dostoïevski sont à ce point entremêlés que l'on peu suivre les personnages de "Crime et châtiment" dans leurs pérégrinations. On sait qu'ils sont imaginaires, mais on s'attend à les croiser! Et on leur dresse des monuments, comme ici avec cette plaque, "la maison de Raskolnikov" où "se trouvait" sa chambrette, dans la "rue S...", la ruelle Stoliarny (des Menuisiers).
dostoievski-st-petersbourg-33
" Il [Raskolnikov] serra la pièce de vingt kopecks dans sa main, fit une dizaine de pas et se retourna la face vers la Néva, dans la direction du palais. Le ciel était sans le moindre nuage; l'eau était presque bleue, ce qui arrive si rarement dans la Néva. La coupole de la cathédrale, qui ne se dessine de nulle part aussi bien que de cet endroit, depuis le pont, une vingtaine de pas avant la chapelle, était rayonnante et à travers l'air pur on pouvait nettement distinguer chacun de ses ornements. [...] Il était debout et regardait le lointain, longuement et fixement; ce lieu lui était particulièrement familier. A l'époque où il allait à l'Université, le plus souvent en rentrant chez lui, il lui était arrivé cent fois peut-être de s'arrêter précisément à cet endroit, de fixer les yeux sur ce panorama véritablement superbe et de s'étonner, presque chaque fois, d'une certaine impression qu'il avait, obscure et énigmatique. Il éprouvait toujours un froid inexplicable devant ce merveilleux panorama; ce tableau somptueux était plein pour lui d'un esprit sourd et muet... "
F. Dostoïevski, "Crime et châtiment", deuxième partie, chapitre II


" C'est une ville de demi-fous. Si les sciences étaient cultivées chez nous, médecins, juristes, philosophes pourraient faire sur Pétersbourg les enquêtes les plus précieuses, chacun dans sa spécialité. Il est peu d'endroits où on puisse trouver autant d'influences sombres, violentes ou bizarres, s'exerçant sur l'âme humaine, qu'ici à Pétersbourg. "

Sixième partie, chapitre III

(Traduction de Pierre Pascal très légèrement modifiée)

" Он зажал двугривенный в руку, прошел шагов десять и оборотился лицом к Неве, по направлению дворца. Небо было без малейшего облачка, а вода почти голубая, что на Неве так редко бывает. Купол собора, который ни с какой точки не обрисовывается лучше, как смотря на него отсюда, с моста, не доходя шагов двадцать до часовни, так и сиял, и сквозь чистый воздух можно было отчетливо разглядеть даже каждое его украшение. [...] Он стоял и смотрел вдаль долго и пристально; это место было ему особенно знакомо. Когда он ходил в университет, то обыкновенно, — чаще всего, возвращаясь домой, — случалось ему, может быть раз сто, останавливаться именно на этом же самом месте, пристально вглядываться в эту действительно великолепную панораму и каждый раз почти удивляться одному неясному и неразрешимому своему впечатлению. Необъяснимым холодом веяло на него всегда от этой великолепной панорамы; духом немым и глухим полна была для него эта пышная картина... "

" Это город полусумасшедших. Если б у нас были науки, то медики, юристы и философы могли бы сделать над Петербургом драгоценнейшие исследования, каждый по своей специальности. Редко где найдется столько мрачных, резких и странных влияний на душу человека, как в Петербурге. "



st-petersbourg-b-podiatcheskaia.jpg
Une coïncidence amusante avec "Crime et châtiment". C'était en 1995, juste avant mon premier voyage en Russie en tant qu'étudiante. Je voulais aller à Moscou, mais je me suis finalement retrouvée à Pétersbourg. Avant ce premier voyage donc, j'ai voulu relire ce roman "pétersbourgeois" par excellence, "Crime et châtiment". Je n'ai pas eu le temps et je me suis arrêtée au tout début lorsqu'un personnage chantonne "J'ai été dans la rue aux Clercs...", la rue Bolchaïa Podiatcheskaïa (une rue qui revient souvent dans le roman car c'est celle du commissariat). Et c'est là précisément que j'ai habité pendant plusieurs mois lors de ce premier séjour ! En plein dans le quartier "dostoïevskien".





Le blog sera en pause quelque temps car je pars en vacances. Direction ma Côte d'Azur natale et la Bavière. A bientôt !


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Balladine 28/07/2010 11:01



Bonjour, je suis conquise par la beauté et la richesse de votre blog. Je ne suis venue qu'une seule fois à St Petersbourg, mais j'ai fait un petit article et j'insère l'adresse de votre blog sur
celui-ci. Amicalement, Nadine


 



La_Tokyoïte 19/07/2010 14:44



Bonjour, je suis de passage mais je suis conquise par votre magnifique blog!  Il sera très probablement une de mes premières références en ce qui concerne la Russie. 


Bonnes vacances à vous!



Muad' Dib 10/07/2010 09:34



Coucou Lizotchka, le bâtiment est splendide et les sculptures très intéressantes.


Je te souhaite une très belle journée.


Bises,



ESPERANCE 04/07/2010 21:01



merci pour ce bel article et bonne semaine



pietri martine 29/06/2010 11:53



bonjour, je viens de revenir de peter et votre blog m'a été très utile dans mes ballades. le nouveau St Peter, dans les faubourgs est en train de ressembler à ces villes chinoises qui poussent
comme des champignons, notamment vers peterhof, quant au quartier avec la tour Gazprom, cela promet ' j'habitais près de smolny...je recommande à ceux qui aiment les lieux nostalgiques, ignorés
des touristes occidentaux, mais très fréquentés par les russes, le musée de l'avant-garde, rue Popova sur l'île de la pharmacie, le musée Nabokov , qui est gratuit, c'est rare... A bient^^ot à la
rentrée



Tania 27/06/2010 18:54



Bonnes vacances et merci pour Dostoïevski.



tiot le chti et bunny le chti 26/06/2010 11:55



salut


je te souhaite une bonne journée ensoleillée



anne Antomarchi 25/06/2010 19:29



Bonnes vancances ma belle et à bientôt, Anne



LIZOTCHKA 25/06/2010 20:18



Merci, Anne. J'ai bien besoin de repos !



Proof 25/06/2010 14:56



Bon, vous pouvez prouver et montrer les images de "Nouvelle Russie". Mais tous savent bien, que la Russie reste aussi chauvine et imperialiste qu'avant. Et dommage pour vous que votre blog pourra
pas blanchir image de la Russie, par contre je le trouve jolie et cool!


Esperons que vous travaiilerez comme ca pour changer le gouvernement et mentalite russe!



Aimela 24/06/2010 10:44



Passe de bonnes vacances et reviens nous avec plein de souvenirs  Bises



LIZOTCHKA 24/06/2010 11:55



Bises, Aiméla ! 



babsy 24/06/2010 09:16



Bonne vacances,profites bien de te retrouver dans ta famille.Bises,babsy



LIZOTCHKA 24/06/2010 10:32



Merci, Babsy ! Bises



tiot le chti 23/06/2010 18:23



salut


elle est superbe la cathédrale


bonne soirée