ДетскиеДомики.Ру - забота о детях с особыми нуждами

 

 

Rechercher Dans Le Blog

Tags

 

Умом Россию не понять,
Аршином общим не измерить:
У ней особенная стать -
В Россию можно только верить.

Nul mètre usuel ne la mesure,
Nulle raison ne la conçoit.
La Russie a une stature
Qui ne se livre qu'à la foi.

Fiodor Tiouttchev (1866)

 

 

Да, и такой, моя Россия,
Ты всех краев дороже мне.
А. Блок


Люби Россию, ибо она мать твоя, и ничто в мире не заменит тебе её.
Казачья заповедь

 


Праздники России


 
2 février 2010 2 02 /02 /février /2010 00:24

bosio74524.jpg.jpgBnF

Il y a une dizaine d'années, à Saint-Pétersbourg, alors que je visitais la nécropole des artistes à la laure Alexandre-Nevski, l'épitaphe sur la tombe d'une certaine Angela Xindavelonis, née Bosio, a attiré mon attention car elle était en français. Je l'ai recopiée (orthographe d'origine):

Elle avait tout ce qu'on envie;
Elle reçut tout en naissant.
Tout, excepté la longue vie,
Elle est morte en la commençant.

La mort jalouse de la gloire,
Brisant un avenir si beau,
N'ensevelit pas sa mémoire
Sous le marbre de ce tombeau.

Elle n'est plus, sa gloire reste;
Dieu le veut, respectons ses loix;
Dans les anges du choeur céleste

Il manquait, sans doute, une voix !


abosio2
Angela (Angelina, Angiolina) Xindavelonis, née Bosio
1830, Turin - 1859, Saint-Pétersbourg

Curieuse (ficanas comme on dit chez moi à Nice), j'ai ensuite cherché quelques informations sur cette femme morte si jeune. C'était une des plus grandes cantatrices de son époque. Après des débuts à Milan, Angiolina Bosio s'est produite à Madrid, Copenhague, New York, Philadelphie, Boston, Paris, Londres... C'est peut-être en Russie qu'elle a été la plus aimée du public. Engagée à de brillantes conditions en 1855, sa vie pétersbourgeoise n'est faite que de succès et de triomphe. Une sorte de folie s'emparait du public de la capitale russe devant le talent délicat et pur de la jeune soprano. Rossini et Verdi occupaient une place importante dans le répertoire d'Angiolina Bosio. Elle est notamment la première Violetta de la scène russe. Voici ce qu'écrivait Hector Berlioz à propos d'Angiolina Bosio dans une lettre au comte Michel Vielgorski datée du 15 septembre 1855:

               " Monsieur le comte,

     Permettez-moi de vous présenter M. et Mme Xindavellonis. Madame Xindavellonis, dont le nom d'artiste (Mme Bosio) vous est bien connu, est une cantatrice incomparable, qui réunit la grâce à la verve, la légèreté au style expressif. Vous en serez tous ravis à Saint-Pétersbourg comme nous le sommes à Paris.

                                              Votre tout dévoué,

                                      H. Berlioz. "

  ("Histoire du théâtre Ventadour", par Octave Fouque, 1881)

bosio6589.jpg
Angiolina Bosio lors de la première de "Luisa Miller" de Verdi à l'Opéra national de Paris, en 1853

En 1859, elle tombe subitement malade. Les bulletins sur sa santé sont publiés dans la presse. Sa mort prématurée émeut les mélomanes et le grand public. Une foule immense assiste à ses obsèques à l'église catholique Sainte-Catherine sur la perspective Nevski. Angiolina Bosio a été initialement inhumée au cimetière catholique dans le quartier de Vyborg. Lorsque le cimetière a été supprimé dans les années 1930, ses restes (ou le monument funéraire uniquement?) ont été transférés à la laure Alexandre-Nevski.

Le "climat meurtrier" est au banc des accusés dans la "Biographie Universelle des musiciens" de F.-J. Fétis (1878):

"C'est en chemin de fer, en revenant de Moscou à Saint-Pétersbourg, qu'elle eut l'imprudence de baisser la glace de la portière auprès de laquelle elle se trouvait; il faisait un de ces froids vifs et secs qui surprennent sans pitié des constitutions plus robustes que ne l'était la sienne. En arrivant dans la capitale de la Russie, la pauvre artiste était mortellement atteinte ! Malgré les soins les plus dévoués, elle expira, le 13 avril 1859, au milieu de la douleur universelle."

tombebosio-copie-1.jpg
BnF

Tchaïkovski l'admirait. Ce qui m'a le plus étonnée, c'est que son destin ait marqué les esprits au point d'inspirer écrivains et poètes russes, sur plusieurs générations ! Tchernychevski évoque la cantatrice dans son roman "Que faire?" (troisième rêve de Véra Pavlovna), tout comme Tourguéniev dans "A la veille". Nékrassov et Mandelstam lui consacrent des vers... Rien que ça !


Самоедские нервы и кости
Стерпят всякую стужу, но вам,
Голосистые южные гости,
Хорошо ли у нас по зимам?
Вспомним — Бозио. Чванный Петропо
ль
Не жалел ничего для нее.
Но напрасно ты кутала в соболь
Соловьиное горло свое,
Дочь Италии! С русским морозом
Трудно ладить полуденным розам.

Перед силой его роковой
Ты поникла челом идеальным,
И лежишь ты в отчизне чужой
На кладбище пустом и печальном.

Позабыл тебя чуждый народ
В тот же день, как земле тебя сдали,
И давно там другая поет,
Где цветами тебя осыпали.
Там светло, там гудет контрабас,
Там по-прежнему громки литавры.
Да! на севере грустном у нас
Трудны деньги и дороги лавры!

Н. Некрасов, "О погоде" (1863-1865)

bosiospb
BnF

Чуть мерцает призрачная сцена,
Хоры слабые теней,
Захлестнула шелком Мельпомена
Окна храмины своей.
Черным табором стоят кареты,
На дворе мороз трещит,
Все космато -- люди и предметы,
И горячий снег хру
стит.

Понемногу челядь разбирает

Шуб медвежьих вороха.
В суматохе бабочка летает.
Розу кутают в меха.
Модной пестряди кружки и мошки,
Театральный легкий жар,

А на улице мигают плошки
И тяжелый валит пар.

Кучера измаялись от крика,
И храпит и дышит тьма.

Ничего, голубка Эвридика,
Что у нас студеная зима.
Слаще пенья итальянской
речи
Для меня родной язык,
Ибо в нем таинственно лепечет
Чужеземных арф родник.

Пахнет дымом бедная овчина,
От сугроба улица черна.
Из блаженного, певучего притина
К нам летит бессмертная весна.

Чтобы вечно ария звучала:
"Ты вернешься на зеленые луга",--
И живая ласточка упала
На горячие снега.

О. Мандельштам
Ноябрь 1920

bosiobnf.jpg

Et une hirondelle vivante est tombée
Sur la neige brûlante.

O. Mandelstam, 1920


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Lydie 22/03/2010 02:35


Il y a 9 ans, ma grand mère m'a emmenée visiter Saint-Petersbourg, et j'ai moi aussi eu l'attention attirée par ces quelques vers en français. Ils m'avaient profondément touchées, au point de les
noter sur une serviette en papier. Je ne sais pas pourquoi, j'y ai subitement repensé après toutes ces années, et ils m'ont à nouveau émue plus que je n'aurais pensé. Merci de les avoir gardés
vivants dans ma mémoire.


Mathilde 17/02/2010 19:17


Bonjour Lizotchka,
Je viens au moins de trouver un point positif à la barre OB puisque via la communauté L'Overbar je viens de découvrir votre superbe blog, magnifiquement document et passionnant. Que j'aimerais un
jour pouvoir me rendre à St Petersbourg, en attendant ce jour merci de nous faire partager vos connaissances et votre sensibilité sur ce magnifique pays.


LIZOTCHKA 17/02/2010 22:24



Merci Mathilde,

L'immonde barre aura au moins servi à ça... Je vous souhaite d'aller un jour à Pétersbourg !



Alouette 13/02/2010 11:14


merci Lizotchka
mais je n'ai rien su faire marcher (neurones pris par le froid sans doute ; Yandex est plus futé que moi, lui sait que je suis vers Toulouse)
les pubs osées, j'avais déjà remrqué sur des liens fournis par Plume de loin, c'est vite lassant, dommage !


Alouette 12/02/2010 01:14


merci pour les radios, j'essaierai ça demain
horreur , l'affreuse barre a réapparu aussi sur mon blog ! ils cherchent à perdre des clients, c'est ça ? depuis le temps
que j'hésite à refaire mon blog ailleurs... ça va peut-être me décider ?!



LIZOTCHKA 12/02/2010 21:25



Je suis déçue par OB, et pas seulement pour la barre. Partir est assez problématique, mais j'ai très envie !



Fox-Mulder 11/02/2010 15:31


Bonjour, si vous voulez supprimer la barre OverBlog
!


Alouette 09/02/2010 21:37


re-bonsoir,
moi aussi j'aime beaucoup les deux derniers vers
merci aussi à la personne qui a expliqué comment se débarrasser de cette affreuse bannière overblog !
enfin, une question un peu hors sujet : je voudrais écouter une radio russe sur internet, as-tu un lien à me conseiller ?
merci ! à bientôt


LIZOTCHKA 11/02/2010 20:50



Bonsoir Alouette,

La barre est revenue, en effet... Marre d'OB !

Concernant les радио онлайн, il y a beaucoup de sites sur Yandex. J'ai des problèmes avec la configuration de mon ordi en
ce moment et je ne sais pas quels sites marchent le mieux (tout marche mal sur mon ordi!). Quelques sites à essayer:
Guzei.com
Pokaza.net
... plus de sites ici

J'aime bien "Радио Шансон"

Il peut y avoir de la pub osée sur certains sites, c'est une plaie sur le web russe... Même sur des sites "sérieux"... Je m'excuse à l'avance si c'est le cas !



Allie 08/02/2010 14:47


C'est une bien triste histoire mais en même temps, c'est passionnant de découvrir la vie de ceux qui nous ont précédés!
J'aime beaucoup les derniers vers, qui sont très émouvants...


Alouette 07/02/2010 22:15


C'est toujours étonnant de voir comment des personnes qui étaient adulées à un moment donné peuvent ensuite tomber dans l'oubli... Une dame de ma connaissance disait volontiers : "les
cimetières sont remplis de gens indispensables", je crois qu'elle avait raison.
Plus triste peut-être, toutes celles et ceux qui mériteraient d'être connu-e-s et restent dans l'ombre à jamais.
Ou ceux qui, morts dans la misère et l'oubli, nous enchantent encore des siècles plus tard (Mozart par exemple).
Bonne soirée !



margareth 06/02/2010 13:56


Cette cantatrice reste-t-elle encore dans la mémoire des russes ou bien est-elle aujourd'hui complètement oubliée ?


LIZOTCHKA 06/02/2010 15:44



Bonjour Margareth,

Cette cantatrice est oubliée du grand public russe de nos jours. On a de la peine à se représenter la célébrité de certaines personnes à leur époque !



denis 05/02/2010 22:34


de retour vers ton blog
toujours aussi intéressant
bon week-end
Denis


Cristophe 05/02/2010 13:29


Bonjour !
Une astuce :
http://photo.graph.over-blog.com/article-supprimer-la-barre-de-navigation-over-blog-44255553-comments.html


Loic 02/02/2010 19:53



Les mystères de la volonté divine… Avec amitié. Loic



Jean-Marc 02/02/2010 14:43


Quel destin tragique !

Magnifiques les vers du poète Mandelstam
"Et une hirondelle vivante
est tombée
Sur la neige brûlante."


flora 02/02/2010 11:56


Très bel article : tu es rare, Lizotchka, mais tes articles sont des documents rares et approfondis!


delphine 02/02/2010 10:40


C'est très triste dis donc ... Tous les artistes ont des destins tourmentés ...


Aimela 02/02/2010 09:44


Quel triste destin pour cette jeune femme, mourir en pleine  gloire et si jeune .